Totalement sport

L'incroyable défaite de Nadal


Pour la première fois depuis cinq ans, Rafael Nadal a chuté à Roland-Garros après une série impressionante de 31 victoires consécutives. Il fallait bien que ça s'arrête mais l'on ne s'y attendait pas tout de suite à vrai dire. A qui l'exploit ? Au Suédois Robin Soderling, 23e joueur mondial, en quatre sets (6-2 / 6-7 / 6-4 / 7-6). Incroyable ...

Qui pensait à Robin Soderling ? Quasiment personne ...

Soder... qui ?

Pour stopper l'hégémonie Nadal à Roland, on espérait Federer sinon un petit Français comme Monfils ou Tsonga. Mais c'est bien Robin Soderling, gros frappeur dans la plus pure tradition Suédoise, qui a fait le boulot et a entrouvert une brèche dans la muraille Espagnole. Le match s'annoncait explosif entre deux joueurs qui ne s'apprécient guère. Et la plupart du temps, c'était Nadal qui donnait la leçpn. Pas aujourd'hui. Jamais Nadal n'a paru aussi friable, menacé, tendu sur "ses" terres. Aux regards noirs vers son clan ont succédés les gestes d'énervement. Les "Vamos" habituels se sont montrés plus discrets cette fois ci, signe fort d'une baisse de régime. "Je n'ai pas assez attaqué [...] ça lui a rendu la tâche facile. Je n'ai pas joué mon tennis du tout" a expliqué Nadal en conférence de presse.

De son côté, Soderling a sans doute réalisé l'exploit de ses 10 dernières années. Un peu David qui gagne face à Goliath car Nadal était l'archi favori. Capable du meilleur avec son coup droit de bûcheron comme du pire avec ses sauts de concentration, le grand Suédois n'avait pas un passif énorme aux Internationaux de France, à l'instar de son élimination l'an passé au troisième tour par Julien Benneteau. Mais cette fois ci, les nerfs ont tenu et les coups gagnants ont plus (plus de 40). Une statistique impressionante quand on connaît la qualité de défenseur d'un Nadal.

Champ ouvert pour Federer ou ...

Le grand bénéficiaire de la journée : Roger Federer. Si Robin Soderling se pose maintenant comme un sérieux client, c'est bien le Suisse qui file tout droit vers le titre. Enfin, enfin ... . Le seul Grand Chelem qui manque à son palmarès est enfin à sa portée. Lui a vacillé contre Acasuso ou Mathieu quand Nadal a chuté. Le suspens reprend à Paris.

Mais pourquoi pas un Français pour pointer le bout de son nez ? Tout le monde a désrmais sa chance. PHM a montré la voire à suivre pour mettre à terre Federer hier mais n'a pas su tenir la cadence. Un Jo Wilfried Tsonga ou un Gaël Monfils semblent plus à même de répéter encore et encore des coups de boutoir.

Les espoirs les plus fous sont permis pour dimanche prochain. Du bleu, du blanc et rouge ?




01/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres